adab-services.com
Image default
Services

sur quels critères les entreprises choisissent-elles leurs prestataires ?

Table des matières

[ad_1]

Depuis plusieurs décennies, de nombreuses entreprises ont externalisé leurs activités logistiques aux prestataires des services logistiques (PSL). Ces opérations leur permettent de se concentrer sur leur cœur de métier et bénéficier des avantages que ces partenaires leur offrent en termes de réduction des coûts, de gains de productivité, et de l’amélioration des performances.

Ces prestataires jouent des rôles essentiels en tant qu’orchestrateurs des chaînes d’approvisionnement (« supplys chains », ou SCs), reliant les entreprises à leurs fournisseurs et aux marchés de plus en plus mondialisés. La plupart des PSL comme Geodis, Kuehne & Nagel, ID Logistics, XPO Logistics et Stef, ont étendu leurs services de base liés au transport et à l’entreposage, à des services innovants et à valeur ajoutée tels que : tracing/tracking, cross-docking, co-packing, co-manufacturing, transport au dernier kilomètre, dédouanement, et gestion des retours.

Les PSL sont garants de la bonne coordination des flux physiques et informationnels le long des SCs, et leur performance conditionne à la fois leur avantage concurrentiel et celui de leurs clients (chargeurs), et plus largement celui des SCs.

Décision stratégique

La sélection des PSL représente de fait une décision stratégique majeure pour le donneur d’ordre. C’est un processus complexe car, d’une part, il est multifonctionnel, devant impliquer plusieurs acteurs et ressources du chargeur (achats, logistique, dirigeants, business units). D’autre part, il est multicritère, devant tenir compte de divers critères quantitatifs et qualitatifs tels que le coût, la qualité du service, la livraison dans les délais, la technologie mobilisée, la flexibilité, et l’expertise.

Avec l’émergence de SCs durables, la gestion des retours de produits et des déchets est généralement externalisée aux PSL disposant d’infrastructures et d’équipements spécialisés, du personnel qualifié et des capacités d’entreposage adéquates.

Notre première analyse détaillée sur le problème de la sélection des PSL ainsi qu’un autre travail de recherche ont permis d’identifier 13 principaux critères et qui sont : technologies d’information et de communication (TIC), relations, qualité, coût, actifs physiques, services, situation financière, livraison, professionnalisme, flexibilité, réputation, localisation et durabilité. De plus, les critères portant sur l’innovation et les risques ont récemment été intégrés dans ce processus. Au total, 15 critères sont utilisés par le chargeur dans son processus de sélection des PSL. Chaque critère est décrit par un ensemble de sous-critères.

Le critère lié aux TIC est le plus important de nos jours suite à la digitalisation des SCs globales. Il se rapporte aux systèmes comme WMS (Warehouse Management System), TMS (Transport Management System), ERP (Entreprise Resource Planning), e-commerce, RFID, drones, géolocalisation, et intelligence artificielle. Grâce aux TIC, les PSL peuvent gérer efficacement leurs opérations logistiques (transport, entreposage, préparation des commandes, etc.), et échanger rapidement avec leurs chargeurs de plus en plus éloignés géographiquement. Cet échange d’informations facilite la réactivité dans les relations chargeur/PSL, ce qui permet aux deux partenaires de réagir aux changements environnementaux ou aux nouveaux développements du marché.




À lire aussi :
Les grands défis de la digitalisation de la supply chain


Le critère de coût est relativement moins important que par le passé. En fait, le partenariat chargeur/PSL permet de réduire les coûts logistiques grâce, par exemple, à la mise en place de la démarche de gestion mutualisée des approvisionnements (GMA). Cette démarche conduit aussi à la réduction des émissions de CO2, à l’amélioration du taux de service et des échanges d’informations le long des SCs. Cependant, dans le contexte actuel de la crise économique et énergétique, le coût logistique a subi une forte augmentation au niveau du transport, de l’entreposage et de l’emballage.

Quant au critère de durabilité, il est devenu un enjeu majeur pour la plupart des chargeurs en raison de l’augmentation des flux de retour de produits, des préoccupations environnementales, de la législation et de la RSE. Le rôle des PSL dans la mise en œuvre de la gestion des opérations de logistique inverse et verte est de plus en plus crucial. Pour la proximité des marchés géographiques, elle n’apparaît pas comme un critère déterminant, d’autant plus que les TIC permettent aux partenaires de travailler à distance.

L’innovation apparaît en outre de plus en plus importante pour améliorer les opérations logistiques et fait référence aux nouveaux développements dans les technologies, les services, les processus, les idées et les solutions. Les services innovants sont essentiels pour renforcer la relation chargeur/PSL et distinguer ces prestataires de leurs concurrents. À l’ère de la transformation numérique et digitale (industrie 4.0, supply chain 4.0), la capacité d’innovation logistique contribue davantage à l’atténuation des risques dans les SCs. Ces risques sont de type endogène comme les risques opérationnels et de collaboration, mais aussi de type exogène tels que les catastrophes naturelles, les crises sanitaires (cas de Covid-19), les conflits géopolitiques, et la crise énergétique actuelle. Comme le PSL joue un rôle primordial dans la régulation des flux dans ces SCs, il est ainsi confronté à ces types de risques lors de l’exécution de ses activités logistiques d’entreposage, de transport et de picking.

Interdépendances

Ces différents critères impliqués dans le processus de sélection des PSL sont interdépendants. En effet, la relation entre un chargeur et son PSL, basée sur la confiance et l’engagement, influe sur la réduction des coûts, l’amélioration de la qualité des services et de la flexibilité, et la gestion des risques.

Enfin, la liste des critères dépend du secteur d’activité du chargeur et des activités logistiques externalisées. Dans le cas de la sélection des transporteurs par exemple, le coût, la livraison dans les délais et la capacité des véhicules sont les critères les plus importants. Par ailleurs, en logistique inverse, la capacité du PSL à traiter les retours de produits, son expérience, sa localisation et sa qualité de service sont les critères les plus considérés par le chargeur.

Hausse des prix d’énergie, changement climatique, conflits géopolitiques, ou encore transformation numérique sont autant de facteurs qui ont déstabilisé les SCs à l’échelle mondiale. Acteurs primordiaux dans ces SCs, les PSL sont amenés à demeurer résilients pour survivre !

[ad_2]

Aguezzoul Aicha, MCF-HDR, IAE Metz, Université de Lorraine

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

Related posts

Depuis 30 ans, les crises successives font diverger les trajectoires économiques des territoires

adrien

La qualité, nouvelle idéologie des « temps modernes » ?

adrien

Ces startups qui dessinent le futur de l’hôtellerie

adrien