adab-services.com
Image default
Sante et Beaute

Aliments nouveaux, savoir décoder les produits allégés et les produits enrichis

Dans le commerce on trouve de plus en plus d’aliments mis sur le marché pour satisfaire la demande diététique.

Sont ils vraiment plus intéressants que l’aliment “normal”, quelles sont leur limites d’utilisation, peut on vraiment tout remplacer ?

Les produits allégés

Que ce soit en glucides ou en lipides, un produit peut-être défini comme “allégé” lorsque sa teneur en un nutriment ou sa valeur calorique est réduite d’au moins 25 % par rapport au produit de référence.

Pour le cas des allégés en sucres on a recours le plus souvent à des édulcorants, ce mot regroupe en fait tout ce qui donne un goût sucré, on distingue dans ce groupe les édulcorants intenses (aspartame, saccharine, acésulfame K), qui ont un apport calorique nul, contrairement aux édulcorants pondéreux qui on un apport inférieur ou égal au sucre (saccharose).

Attention, certains produits jouent sur l’ambigüité entre le “sucre” saccharose et “les sucres”, ce n’est pas nécessairement parce qu’un produit est “sans sucre” qu’il est allégé. Le saccharose peut avoir été remplacé par un autre glucide ayant le même pouvoir sucrant mais aussi le même apport calorique !

Pour les allégés en matière grasse, l’industriel compense par un ajout de glucides (dont fibres), protéines (dont gélifiants) ou incorporation d’eau ou d’air par foisonnement.

Par exemple pour les charcuteries, elles sont faites avec plus de viande ou alors on remplace la graisse par des fibres ou de l’amidon de façon à conserver un volume et une texture, généralement en retenant l’eau.

Dans certains cas le lipide est remplacé par des glucides, au final, le produit allégé peut avoir un apport calorique similaire au produit normal !

Qualitativement il y’a souvent une perte significative de goût car les lipides fixent les molécules odorantes et le sucre rehausse les arômes.

Nutritionnellement ces produits apportent moins d’énergie au corps, ce qui peut avoir pour effet d’augmenter la sensation de faim et favoriser le grignotage, ou bien, le consommateur pense pouvoir consommer plus “parce que c’est light“.

On observe aussi une perte des vitamines liposolubles qui à terme peuvent entrainer des carences.

Dans le cadre d’un programme alimentaire il faudra compenser la sensation de faim par des légumes verts ou de l’eau (voir article sur l’eau) pour leur effet coupe faim et peu calorique.

Les produits enrichis

La publicité nous inonde d’alicaments, ces aliments qui seraient bons pour la santé car enrichis en différents vitamines/minéraux/antioxydants/fibres etc. On voit fleurir sur les emballages les mentions “enrichis en” lesquelles sont vraiment utiles ?

Dans le cadre de votre plan alimentaire vous pouvez être tenté par ces produits afin de favoriser un nutriment en particulier, est-ce forcément le meilleur choix ?

Voici un petit rappel des nutriments les plus souvent ajoutés et leur rôle dans l’organisme.

  • Les fibres, nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme, elles offrent offre une sensation coupe-faim sans augmenter la ration calorique et facilitent le transit intestinal.
  • Les minéraux, principalement le fer et le calcium, souvent manquant dans l’alimentation actuelle, ils sont essentiels à l’oxygénation de l’organisme (fer), ce qui permet entre autre l’entretien de la masse musculaire, et le calcium, quant à lui, aide à la solidification osseuse pour assumer le poids de cette masse.
  • Les vitamines, profitables à la métabolisation des nutriments, très fragiles, elles sont facilement dégradées lors de la conservation ou la cuisson des aliments. Un manque de vitamines va selon les cas engendrer différents types de dysfonctionnements. Si l’alimentation est variée les besoins journaliers sont couverts.
  • Les acides gras insaturés (oméga 3, 6, 9…), utiles pour luter contre le mauvais cholestérol, ils se trouvent principalement dans les graisses végétales.

Attention, tout comme une carence en nutriment est dangereuse pour la santé, un excès peut l’être aussi !

Les effets à long terme des aliments enrichis ne sont pas encore tous connus.

En résumé

Qu’ils soient allégés ou enrichis, le meilleur indicateur de qualité nutritionnel reste la lecture attentive de l’étiquette afin de cibler les composants à favoriser ou éviter.

Egalement dissiper tout doute induit par les arguments commerciaux.

Une bonne option reste encore de favoriser les aliments “complets” pour leur apport naturels en fibres et micronutriments, optez aussi pour le bon sens : préférez un aliment naturellement riche en calcium (lait) ou en fer (viande, poisson, œuf) à un jus de fruit enrichi en minéraux.

La qualité des nutriments ajoutés n’est pas nécessairement égale à celle des nutriments présents naturellement : ce n’est pas parce que vous consommez enrichi qu’il faut se détourner d’une alimentation variée (légumes verts, poisson, œufs…) au risque d’entrainer d’autres carences.

Related posts

Les Protéines Peuvent-Elles Vous Aider À Maigrir et Vous Dessiner

Irene

Comment Prendre du Volume Musculaire et du Muscle Sec en Courant ?

Irene

Être Bien Dans Ma Tête et Dans Mon Corps

Irene